La face cachée du Che

10,00

Dans son livre décapant, « La face cachée du Che » ( Editions Buchet Chastel), l’écrivain et journaliste cubain, Jacobo Machover raconte la véritable histoire du révolutionnaire. On y découvre un fils de famille très aisé et militant stalinien sans état d’âme, partie prenante d’un système totalitaire sanglant. C’était un aventurier sans cœur, qui fut à la fois l’instrument de Castro et sa victime. Avec lui, Castro rejoua la pièce Staline-Trotsky avec Guevara dans le rôle du sanguinaire barbichu patron de l’armée rouge et responsable de massacres sans nombre.
Guevara avait coutume de dire : « Ne faîtes pas traîner les procès. Les preuves sont secondaires », paroles que n’auraient pas reniées un Fouquier-Tinville de la pire espèce.

Description

Par Jacobo Machover

Che Guevara, le fusilleur de l’aube
Par CC Rider in Critiqueslibres.com

Dans son livre décapant, « La face cachée du Che », l’écrivain et journaliste cubain, Jacobo Machover raconte la véritable histoire du révolutionnaire Che Guevara. On y découvre un fils de famille très aisé et militant stalinien sans état d’âme, partie prenante d’un système totalitaire sanglant.

C’était un aventurier sans cœur, qui fut à la fois l’instrument de Castro et sa victime. Avec lui, Castro rejoua la pièce Staline-Trotsky avec Guevara dans le rôle du sanguinaire barbichu patron de l’armée rouge et responsable de massacres sans nombre.
Guevara avait coutume de dire : « Ne faîtes pas traîner les procès. Les preuves sont secondaires », paroles que n’auraient pas reniées un Fouquier-Tinville de la pire espèce.
« En différentes occasions, le Che venait voir les exécutions à l’improviste. Il montait sur le mur. Ce n’était pas difficile car il y avait un escalier. Il se couchait sur le dos en fumant un havane et en regardant les exécutions… »
« J’ai vu un homme qu’on allait fusiller. Il y avait trois poteaux cloués là, derrière les galeries des prisonniers. On l’a attaché à l’un d’eux et lui a mis un bandeau sur les yeux. L’homme a commencé à implorer sa mère, à invoquer ses enfants, à se pisser et à se chier dessus. Un curé est alors arrivé. Je me suis demandé ce qu’il venait faire là, à côté de l’homme qui allait être fusillé. Je n’ai pas pu continuer à regardé. Je me suis retourné et je suis parti. Je n’ai pas vu le reste, j’ai juste entendu la décharge des fusils. » Le Che lui est resté et s’est régalé…
Quelques instructions données par Che Guevara pour les procès : « Ceci est une révolution. N’utilisez pas les méthodes légales bourgeoises, les preuves sont secondaires. Il faut agir par conviction. Il s’agit d’une bande de criminels et d’assassins… »
Voilà l’homme dont les posters trônent dans les chambres d’enfants, paradent sur les tee-shirts des jeunes et le régime toujours en vigueur dans la grande île. Merci, Monsieur Machover d’enfin rétablir la vérité sur ce triste individu.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.



Produits exclusifs

Livres politiques